L’année dernière, les militants du FN espéraient je cite : « que mon petit cul de gauchiste se fasse violer »

L’année dernière, les militants du FN espéraient je cite : « que mon petit cul de gauchiste se fasse violer ». Cette fois, c’est un peu plus sobre .
Le racisme et la xénophobie ne sont pas à prendre à la légère.
On ne peut pas juste entendre : « laisse faire », « ne réponds pas » .
La violence de ces propos et insultes ne doit être ni banalisée ni acceptée .

Dans ce merveilleux monde ou l’info est choisie par des algorithmes à présent , Sachez que vous ne verrez plus mes publications apparaîtrent dans…

Dans ce merveilleux monde ou l’info est choisie par des algorithmes à présent , Sachez que vous ne verrez plus mes publications apparaîtrent dans votre fil d’actualité à moins de mettre “voir en premier”.
La colère gronde et ce n’est pas la publicité et certaines formes de censure qui la feront disparaître !

Je sors de l’avant première du film L’Insoumis

Je sors de l’avant première du film L’Insoumis . Je suis profondément attristée et écœurée de voir être censuré le film de mon ami Gilles Perret dans certains cinémas et qu’il soit l’objet d’insultes et de pressions pour la simple raison que l’objet de son film est la campagne présidentielle de JLM.
Il n’y pas de démocratie sans liberté d’expression .

“C’est le curseur de l’humanité “, Continuons à nous mobiliser pour la dignité des personnes âgées et le respect des soignants

“C’est le curseur de l’humanité “
Continuons à nous mobiliser pour la dignité des personnes âgées et le respect des soignants . Parlez autour de vous de notre pétition avec
Patrick Pelloux et Christophe Prudhomme .
Les réseaux sociaux ne suffisent pas, maintenant il faut mobiliser dans l’entourage pour qu’on soit très nombreux à signer !
https://www.change.org/p/dignité-des-personnes-âgées-des-mo…

« Je ne pensais pas un jour me réjouir de la mauvaise santé d’un homme »

« Je ne pensais pas un jour me réjouir de la mauvaise santé d’un homme ».
J’avale un demi comprimé d’anxiolytique,
Mais je n’ai plus honte, car ce n’est pas moi qui suis fragile, mais vous qui ne me donnez pas les moyens de faire mon travail et ça fait mal.
Vous venez nous raconter que la dépression et le burn out des soignants sont des risques psycho sociaux . Foutaises. Nous sommes malades de ne pas pouvoir faire notre travail : soigner.
Ca fait 3 mois que j’ai chaque jour en face de moi, les regards mouillés et suppliants d’hommes et de femmes me demandant de leur trouver un hébergement.
Je prends en pleine face les mains tremblantes, les regards apeurés et les larmes qui inondent les visages et font monter les miennes devant tant de détresse humaine.
Ce sont des enfants, des femmes seules, des vieillards …
Pour le première fois aujourd’hui, je me suis réjouie qu’un diabétique sous insuline soit complètement déséquilibré car j’ai pu l’hospitaliser. Une nuit de moins dehors, une nuit gagnée contre la mort possible.
Voilà où j’en suis. A espérer et à me réjouir de la mauvaise santé organique d’êtres humains pour qu’ils puissent passer un temps au chaud, en sécurité.
Et pendant ce temps, je vous vois, Monsieur le Premier ministre, avoir l’indécence de vous prendre en photo parlant a un homme à terre, avec les maraudes du Samu Social pour faire votre campagne de communication.
Pendant que je ravale mes larmes et mon impuissance devant ces hommes, femmes et enfants qui me réclament de l’aide, votre gouvernement a le culot de prétendre qu’il n’y a que 50 sdf à la rue, ou que la majeure partie d’entre eux choisissent ce mode d’existence . Vous n’avez honte de rien.
Les cigarettes sur lesquelles je tire nerveusement n’ont pas raison de ma colère , le comprimé d’anxiolytique non plus.
Ah de l’argent il y en a, mais pas pour tout le monde. Pendant que des centaines de personnes dorment dehors, vous avez supprimé une partie de l’ISF, la taxe majorée sur les salaires > à 152 000 euros/an pour les banques et assurances, la taxe sur les dividendes et j’en passe.
La vérité doit être dénoncée et entendue.
Nous n’avons pas à subir les conséquences de vos irresponsabilités.
La honte doit changer de camp.

Le grand départ d’un physicien humaniste de génie

Le grand départ d’un physicien humaniste de génie.
Atteint de la maladie de Charcot depuis les années 1960, Stephen Hawking avait défié les prédictions selon lesquelles il n’avait que quelques années à vivre après avoir développé très jeune, en 1964, une maladie neurodégénérative paralysante, la sclérose latérale amyotrophique (SLA) ou maladie de Charcot.
La maladie l’avait progressivement privé de mobilité et confiné à un fauteuil roulant, presque complètement paralysé et incapable de parler sauf à travers son emblématique synthétiseur vocal.

Il est le guitariste fétiche et emblématique d’Alex Beaupain – et son compositeur parfois

Il est le guitariste fétiche et emblématique d’Alex Beaupain – et son compositeur parfois. Mais, dans quelques jours, mon Victor fera sa première scène en tant que chanteur. Et ça va être un grand moment – d’autant que m’est dans l’idée que l’immensissime Valentine Duteil ne sera pas bien loin. En résumé, VICTOR OSAIR (son nom de resta), en concert aux Trois Baudets, c’est ce mercredi 21 février à 20h. Nous y serons.

Aller au cinéma demain voir JUSQU’À LA GARDE, de Xavier Legrand, un premier film à la maitrise impressionnante, avec une des plus grandes…

Aller au cinéma demain voir JUSQU’À LA GARDE, de Xavier Legrand, un premier film à la maitrise impressionnante, avec une des plus grandes comédiennes françaises, Léa Drucker, qui y est exceptionnelle – tout comme le sont ses partenaires, Denis Ménochet et le jeune Thomas Gioria. Ça secoue, c’est brillant, on en ressort groggy, convaincu, enthousiaste.

Le somptueux moyen-métrage de mon ami Olivier Jahan, DU BOIS POUR L’HIVER, avec l’immense Léa Drucker (et allez voir JUSQU’À LA GARDE, de…

Le somptueux moyen-métrage de mon ami Olivier Jahan, DU BOIS POUR L’HIVER, avec l’immense Léa Drucker (et allez voir JUSQU’À LA GARDE, de Xavier Legrand, qui sortira le 7 février – elle y est incroyable, ses partenaires aussi, le film est vraiment magnifique), et le grand Marc Barbé, adapté d’une nouvelle de Raymond Carver, notre maître à tous, est enfin revisible sur BREF. C’est une grande chance, et un bonheur. À voir et vraiment à revoir.

Just another WordPress site

404 Not Found

404 Not Found


nginx/1.10.3